Catégorie : Actualité

MONUSCO/ Consultation et Renforcement des capacités de la SOCIV sur les rôles et responsabilités dans le processus de transition au Sud-kivu

Le centre OLAME a pris part dans un atelier de deux jours (vendredi 24 et samedi 25 Mai 2024) à l’hôtel horizon sur la consultation et le renforcement des capacités des acteurs de la Société civile sur leurs rôles et responsabilités dans le processus de transition au Sud-kivu.
Cet atelier a réuni le Gouvernement provincial, les organisations de la société civile, la Monusco et les agences onusiennes.
Précisions que la feuille de route sur laquelle ils ont travaillé conjointement Gouvernement provincial, SOCIV Sud-Kivu et Monusco, est un document technique sur le transfert des missions et activités de la Monusco au Gouvernement avec un budget de plus moins 20 millions de dollars américains.
Il a été communiqué que la semaine prochaine des donateurs seront à Bukavu dans le cadre du financement de cette feuille de route.

COMMUNIQUÉ NECROLOGIQUE

Les Auxiliaires de l’Apostolat de l’Archidiocèse de Bukavu et le Centre Olame ont la profonde douleur d’annoncer le décès de Mlle Maria Masson dans la matinée de ce 26 mai 2024 à l’Hôpital Provincial Général de Référence de Bukavu après une longue période de maladie.

Que cette triste nouvelle parvienne à Son Excellence Mgr l’Archevêque, à la famille biologique de la défunte, partout où elle se trouve, à tous les services de notre Diocèse, à toutes les Auxiliaires de l’Apostolat ainsi qu’à toutes les personnes qui ont connu Mademoiselle Maria Masson.

En attendant le programme des obsèques qui sera communiqué ultérieurement par l’Archidiocèse de Bukavu, le deuil se tient au Centre Olame Bukavu.

Fait à Bukavu, ce 26 mai 2024

Signé par

Mme Thérèse MEMA Mapenzi/Directrice du Centre

Mile Annonciata NABUCI Buherwa/Formatrice des auxiliaires deL’Apostolat à Bukavu

Gisenyi/ L’atelier d’évaluation du projet protection

Le centre OLAME qui exécute un projet depuis 2021 sur la protection des enfants et jeunes filles travaillant dans les mines en territoires de Kabara, Walungu et Kalehe, viens de clôturer la première phase de 3ans. Pour s’imprégner des changements que le projet a apporté chez les bénéficiaires dudit projet, un atelier s’est organisé du 23 au 24 Mai 2024 à Gisenyi au Rwanda. Cet atelier portait sur la theorie du changement et comment orienter les resultats du projet pour la durabilité après l’année d’ajout afin qu’apres cette année le projet ait un impact aux bénéficiaires.
Chaque groupe a travailler sur les resultas de son projet. Et voir après ce 3 ans quels sont les activités qui peuvent continuer pour la durabilite du projet. Ainsi l’atelier a pris fin en présentant les travaux en carrefour de chaque groupe pour voir la continuity du projet.

Atelier d’évaluation du PAN2 avec l’appui de ONUFEMMES.

En prévision de l’élaboration du plan d’action national de la 3ieme génération de la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies, le Centre OLAME Bukavu a participé du 15 au 16 Mai 2024 à l’atelier d’évaluation du PAN2 avec l’appui de ONUFEMMES.
Cet atelier de deux jours a été organisé par le Ministère National du Genre Famille et enfants par le biais du secrétariat national de la R1325 et la division provinciale du genre famille et enfants du Sud Kivu à Bukavu et
s’est déroulé dans les enceintes de l’auditorium de la femme a Labotte et a regroupé les organisations phares de la société civile qui oeuvrent dans la thématique.
Ainsi les réalisations, les défis et les recommandations ont été recueillis pour analyse et étude.

Sud-Kivu/ Le centre OLAME à la rencontre des déplacés de MINOVA

Le voyage pénible, la zone est enclavée l’unique transport c’est la pirogue motorisée. Un sacrifice à faire avec les déplacées…Une fois traversée cette zone, on penserait que c’était un pays différent. Des bombes nous ont traversé au dessus de la tête…, des enfants dormant à même le sol, des femmes et des hommes malades sans aucune assistance…Les humanitaires n’ont pas la possibilité d’intervenir car la zone reste enclavée.. Des crimes de guerre sont vus et observés ici et là…et on nous dira que le Congo n’est pas une priorité. .. De la même manière que Ukraine et Palestine préoccupe le monde, pensez aussi à la RDC. Merci à SCIAF, CAFOD, ChildFund Deutchland, DIFAEM et Missio Aachen pour le soutien moral et matériel. Nous comptons plus encore sur vous pour secourir ces familles en difficulté.

La beauté du Congo est devenus malheur à ses citoyens… C’est ce que l’on appel » la Malédiction des Ressources » en Anglais, Ressorce Curse…. Des milieux des vies sont perdues dans ces hauts plateaux à cause d’une guerre sans fondement. Et oui, certaines personnes en ont décidé ainsi, la guerre reste un motif fondamental pour favoriser l’exploitation illicite et pillages des minerais. Ce qui constitue un malheur pour des pauvres habitants. Des bombes ici et là dans ces hauts plateaux. Pourtant un beau paradis mais qui est pour nous un enfer…

Bukavu: J.I.F 2024

« LES FEMMES DE L’ARCHIDIOCÈSE DE BUKAVU PLAIDENT POUR LE RESPECT DES DROITS HUMAINS QUI SONT AUSSI LES DROITS DES FEMMES ET SOUHAITENT VOIR LA FIN DES HOSTILITÉS À L’EST DE LA RDC AFIN D’ACCROÎTRE LEURS RESSOURCES NECESSAIRES POUR LEUR SURVIE. » C’est le message que les femmes catholique de l’Archidiocèse de Bukavu ont exprimées lors de la célébration de la Journée internationale des droits des femmes dans un état de colère

Contrairement à la coutume de la commémoration, la fête du 8 mars 2024 a été célébrée en couleur noir. Les femmes et hommes genrés, habillés tous en couleur noire avec des calicots en mains sont fâchées contre l’agression Rwandaise à travers les rebelles du M23. Une marche de soutien aux victimes de la guerre a été organisée dans la ville de Bukavu ce 8 mars.

« Félicitations au Centre OLAME et plus particulièrement à toutes les femmes de notre bureau qui luttent jour et nuit pour la promotion de la femme et la jeune fille. Heureuse journée du 8 Mars consacrée à la lutte pour la reconnaissance et le respect des droits des femmes. » Message de Alpha Théophile (Chargé des opérations/Centre OLAME)

« En ce jour de célébration des droits de la femme, rappelons-nous la force, la beauté et la résilience des femmes du monde entier. Célébrons leurs accomplissements, leurs luttes et leurs succès. Engageons-nous à soutenir l’égalité des genres, l’autonomisation des femmes et la justice pour tous. Ensemble, faisons avancer le monde vers un avenir plus inclusif, équitable et lumineux pour toutes les femmes. Joyeuse Journée Internationale des Droits de la Femme! » Message de Don de Dieu MUTEBU (Chargé de Suivi & Evaluation et prise en compte Genre/Centre OLAME)

« Que le monde comprenne que les droits des femmes Congolaises sont aussi des droits humains. Que les autorités congolaises s’engagent pour mettre effectivement fin à toutes ces hostilités. Leurs passivités ou activités contribuent à renforcer ces conflits sans fin. En ce jour de la journée mondiale des droits des femmes, nous prions pour toutes les femmes de la RDC en particulier et pour celles du monde en général qui continuent à souffrir à cause des hostilités, que notre Dieu soulage leur souffrance!. » Message de Thérèse MEMA MAPENZI (Directrice du Centre OLAME)

10 AOÛT….JOURNÉE INTERNATIONALE DE LUTTE CONTRE LES ACCUSATIONS À LA SORCELLERIE

En marge de la journée internationale de lutte contre les accusations à la sorcellerie, le centre OLAME vient d’organiser une séance de sensibilisation. Des *accusations à la base de la justice populaire, de dislocation des familles, des conflits fait savoir le centre OLAME.   Dans la province du Sud Kivu, et dans la ville de Bukavu, ce phénomène continue de faire des victimes, où certaines femmes taxées de sorcière sont lynchées, brûlées, chassées de leurs communautés regrettent ce centre, qui appelle à une lutte commune de tous les acteurs pour combattre cette violation des droits humains.

Au cours de cette activité, les femmes venues dans différents territoires, les acteurs de la société civile et d’autres invités ont ému le vœu d’unir les efforts pour combattre ces accusations à la base de la destruction de la société, de la femme en particulier. Certaines femmes accusées de sorcellerie présentes à la cérémonie ont donné des témoignages sur comment elles ont été accusées, battues, chassées de leurs communautés, leurs maisons détruites, et bien d’autres violations des droits humains.  

De son côté, la Directrice du centre OLAME, Thérèse MEMA fait savoir que ces violences détruisent beaucoup de vies et doivent déjà cesser. Cette dernière  appelle les instances judiciaires à s’impliquer dans cette lutte pour décourager les gens à la base de ces accusations. 

Elle fait savoir que plusieurs enfants accusés de sorcellerie sont chassés de leurs maisons. Beaucoup d’entre eux finissent dans la rue, arrêtent les études, victimes de mauvais traitement et exploités,… Et certains enfants recueillis au centre Ek’BANA affirment avoir été brûlés les mains, torturés, tabassés parce que tout simplement accusés de sorcellerie.

Thérèse MEMA fait savoir qu’après le plaidoyer auquel a participé le centre OLAME, la date du 10 Août a été adoptée pour célébrer la journée internationale de lutte contre les accusations à la sorcellerie afin que le monde entier s’engage à barrer la route à cette forme de violence basée sur genre dont sont  victimes les femmes et les enfants.

Message de la directrice du centre OLAME à l’occasion de la Fête de l’Independence de la RDC

CE QUE NOUS DEVONS DIRE AUX GENS QUI VEULENT DIVISER LA RDC…

« Le fleuve Congo est un bel exemple: notre fleuve Congo est entièrement à l’ intérieur du pays et il fait le contour du pays, il ramasse toutes les eaux des rivières du Congo, et les fait monter et rassembler à l intérieur du pays… il les unifient. Et donc, les eaux du fleuve Congo ne sortent pas du pays…et toutes nos eaux arrivent à Kinshasa et peuvent descendre et aller dans l océan à partir de Kinshasa. Que celui qui veut diviser la RDC comprenne que même le fleuve Congo refuse cette division car, ce fleuve Congo, ne veut pas jeter ses eaux à l extérieur du pays. ressemble toutes les eaux… parlons aux voisins que si Dieu nous a béni, il n’y a pas de raison de devenir jaloux… »

« Nous devons aimer ce pays, nous n’avons pas un autre pays que celui ci…Prions pour les traîtres car nous les avons…, prions pour eux pour qu’ils comprennent que si nous devons aimer ce pays, il faut promouvoir sa sécurité. Si nous l’aimons, défendons le. C est le devoir de chacun de défendre ce pays tel qu’il faut. Prions aussi pour les pays voisins pour qu’ils comprennent que ce pays est un don de Dieu et nous devons accepter de collaborer « 
Bonne fête de l’indépendance de la RDC…

Visite de CAFOD

C’est dans un climat de courtoisie que le centre OLAME Bukavu a reçu ce lundi 09Mai 2022 une délégation de CAFOD (Catholic Agency for Overseas Development) constituer de Madame VERITY (Directrice zone Afrique) et l’équipe du siège RDC dont Madame Katy NEMBE KATONDA, Monsieur Emmanuel MUZIGIRWA et Sœur FURAHA.

Le but de leur visite au centre OLAME Bukavu était de faire le suivi des activités que ce dernier organise dans le cadre du projet « Maisons des conseils et d’amélioration des conditions de vies des personnes vulnérables dans 30 paroisses de l’Archidiocèse de Bukavu » financé par MISERIOR et CAFOD mais aussi dans le projet « Protection des enfants et jeunes filles travaillant dans les mines à KALEHE, WALUNGU et KABARE » financé par CARITAS Australia et CAFOD     

Pour ce faire, une présentation PowerPoint était exposée à la délégation par le staff de ces deux projets dans la salle de réunion du bureau du centre OLAME Bukavu. Apres cette présentation PowerPoint, quelques victimes bénéficiaires de ces projets ont témoignés devant la délégation et elles ont fini par faire la démonstration des activités qu’ils font dans leurs groupes de soutiens pour promouvoir leurs conditions socioéconomiques

Cette visite s’est clôturée par des mots de gratitudes venu des bénéficiaires de ces projets, le staff du centre OLAME Bukavu ont présentés aussi leur remerciement à CAFOD pour cette visite qui est signe d’espoir pour l’avenir de OLAME et les bénéficiaires qu’il accompagne.

L’activité s’est déroulée dans l’avant midi de ce samedi 09Mai 2022 dans l’enclos de la Direction du centre OLAME Bukavu sise sur avenu BUGABO dans la commune de KADUTU    

Visite de DIFAEM

Dans le cadre de visite de suivi, le centre OLAME BUKAVU a reçu ce samedi 07Mai 2022 une délégation de l’Institut Allemand pour la Mission Médicale (DIFAEM) constituer de Madame GISELE (Directrice Siege DIFAEM) et son collègue Monsieur JOEL.

Le but de leur visite au centre OLAME Bukavu était de s’imprégner des activités que ce dernier organise en faveur des victimes des VBG.

Pour ce faire, une présentation PowerPoint était exposé à la délégation dans la salle de réunion du bureau du centre OLAME Bukavu. Apres cette présentation quelques victimes de VBG ont témoignés devant la délégation et elles ont fini par faire la démonstration des activités qu’ils font dans leurs groupes de soutiens pour relever leurs conditions socioéconomiques

Cette visite s’est clôturée par des mots de gratitudes venu des bénéficiaires du projet DIFAEM, le staff du centre OLAME Bukavu ont présentés aussi leur remerciement à DIFAEM pour cette visite qui est signe d’espoir pour OLAME et pour les victimes qu’il accompagne.

L’activité s’est déroulée dans l’avant midi de ce samedi 07Mai 2022 dans un climat de courtoisie à la Direction du centre OLAME Bukavu sise à BUGABO dans la commune de KADUTU