Auteur : Don Gaetan

10 AOÛT….JOURNÉE INTERNATIONALE DE LUTTE CONTRE LES ACCUSATIONS À LA SORCELLERIE

En marge de la journée internationale de lutte contre les accusations à la sorcellerie, le centre OLAME vient d’organiser une séance de sensibilisation. Des *accusations à la base de la justice populaire, de dislocation des familles, des conflits fait savoir le centre OLAME.   Dans la province du Sud Kivu, et dans la ville de Bukavu, ce phénomène continue de faire des victimes, où certaines femmes taxées de sorcière sont lynchées, brûlées, chassées de leurs communautés regrettent ce centre, qui appelle à une lutte commune de tous les acteurs pour combattre cette violation des droits humains.

Au cours de cette activité, les femmes venues dans différents territoires, les acteurs de la société civile et d’autres invités ont ému le vœu d’unir les efforts pour combattre ces accusations à la base de la destruction de la société, de la femme en particulier. Certaines femmes accusées de sorcellerie présentes à la cérémonie ont donné des témoignages sur comment elles ont été accusées, battues, chassées de leurs communautés, leurs maisons détruites, et bien d’autres violations des droits humains.  

De son côté, la Directrice du centre OLAME, Thérèse MEMA fait savoir que ces violences détruisent beaucoup de vies et doivent déjà cesser. Cette dernière  appelle les instances judiciaires à s’impliquer dans cette lutte pour décourager les gens à la base de ces accusations. 

Elle fait savoir que plusieurs enfants accusés de sorcellerie sont chassés de leurs maisons. Beaucoup d’entre eux finissent dans la rue, arrêtent les études, victimes de mauvais traitement et exploités,… Et certains enfants recueillis au centre Ek’BANA affirment avoir été brûlés les mains, torturés, tabassés parce que tout simplement accusés de sorcellerie.

Thérèse MEMA fait savoir qu’après le plaidoyer auquel a participé le centre OLAME, la date du 10 Août a été adoptée pour célébrer la journée internationale de lutte contre les accusations à la sorcellerie afin que le monde entier s’engage à barrer la route à cette forme de violence basée sur genre dont sont  victimes les femmes et les enfants.

Message de la directrice du centre OLAME à l’occasion de la Fête de l’Independence de la RDC

CE QUE NOUS DEVONS DIRE AUX GENS QUI VEULENT DIVISER LA RDC…

« Le fleuve Congo est un bel exemple: notre fleuve Congo est entièrement à l’ intérieur du pays et il fait le contour du pays, il ramasse toutes les eaux des rivières du Congo, et les fait monter et rassembler à l intérieur du pays… il les unifient. Et donc, les eaux du fleuve Congo ne sortent pas du pays…et toutes nos eaux arrivent à Kinshasa et peuvent descendre et aller dans l océan à partir de Kinshasa. Que celui qui veut diviser la RDC comprenne que même le fleuve Congo refuse cette division car, ce fleuve Congo, ne veut pas jeter ses eaux à l extérieur du pays. ressemble toutes les eaux… parlons aux voisins que si Dieu nous a béni, il n’y a pas de raison de devenir jaloux… »

« Nous devons aimer ce pays, nous n’avons pas un autre pays que celui ci…Prions pour les traîtres car nous les avons…, prions pour eux pour qu’ils comprennent que si nous devons aimer ce pays, il faut promouvoir sa sécurité. Si nous l’aimons, défendons le. C est le devoir de chacun de défendre ce pays tel qu’il faut. Prions aussi pour les pays voisins pour qu’ils comprennent que ce pays est un don de Dieu et nous devons accepter de collaborer « 
Bonne fête de l’indépendance de la RDC…

Visite de CAFOD

C’est dans un climat de courtoisie que le centre OLAME Bukavu a reçu ce lundi 09Mai 2022 une délégation de CAFOD (Catholic Agency for Overseas Development) constituer de Madame VERITY (Directrice zone Afrique) et l’équipe du siège RDC dont Madame Katy NEMBE KATONDA, Monsieur Emmanuel MUZIGIRWA et Sœur FURAHA.

Le but de leur visite au centre OLAME Bukavu était de faire le suivi des activités que ce dernier organise dans le cadre du projet « Maisons des conseils et d’amélioration des conditions de vies des personnes vulnérables dans 30 paroisses de l’Archidiocèse de Bukavu » financé par MISERIOR et CAFOD mais aussi dans le projet « Protection des enfants et jeunes filles travaillant dans les mines à KALEHE, WALUNGU et KABARE » financé par CARITAS Australia et CAFOD     

Pour ce faire, une présentation PowerPoint était exposée à la délégation par le staff de ces deux projets dans la salle de réunion du bureau du centre OLAME Bukavu. Apres cette présentation PowerPoint, quelques victimes bénéficiaires de ces projets ont témoignés devant la délégation et elles ont fini par faire la démonstration des activités qu’ils font dans leurs groupes de soutiens pour promouvoir leurs conditions socioéconomiques

Cette visite s’est clôturée par des mots de gratitudes venu des bénéficiaires de ces projets, le staff du centre OLAME Bukavu ont présentés aussi leur remerciement à CAFOD pour cette visite qui est signe d’espoir pour l’avenir de OLAME et les bénéficiaires qu’il accompagne.

L’activité s’est déroulée dans l’avant midi de ce samedi 09Mai 2022 dans l’enclos de la Direction du centre OLAME Bukavu sise sur avenu BUGABO dans la commune de KADUTU    

Visite de DIFAEM

Dans le cadre de visite de suivi, le centre OLAME BUKAVU a reçu ce samedi 07Mai 2022 une délégation de l’Institut Allemand pour la Mission Médicale (DIFAEM) constituer de Madame GISELE (Directrice Siege DIFAEM) et son collègue Monsieur JOEL.

Le but de leur visite au centre OLAME Bukavu était de s’imprégner des activités que ce dernier organise en faveur des victimes des VBG.

Pour ce faire, une présentation PowerPoint était exposé à la délégation dans la salle de réunion du bureau du centre OLAME Bukavu. Apres cette présentation quelques victimes de VBG ont témoignés devant la délégation et elles ont fini par faire la démonstration des activités qu’ils font dans leurs groupes de soutiens pour relever leurs conditions socioéconomiques

Cette visite s’est clôturée par des mots de gratitudes venu des bénéficiaires du projet DIFAEM, le staff du centre OLAME Bukavu ont présentés aussi leur remerciement à DIFAEM pour cette visite qui est signe d’espoir pour OLAME et pour les victimes qu’il accompagne.

L’activité s’est déroulée dans l’avant midi de ce samedi 07Mai 2022 dans un climat de courtoisie à la Direction du centre OLAME Bukavu sise à BUGABO dans la commune de KADUTU   

 

JIF 2022: PROTEGIONS LA TERRE NOTRE MAISON COMMUNE

Les femmes de l’archidiocèse de Bukavu doivent servir d’exemple dans la protection de l’environnement .Elles doivent rendre leur milieu propre que ca soit au travail ou à la maison.

Message de l’archevêque François xavier Maroyi au cour de la célébration de la messe de l’annonciation de la vierge Marie ce 25Mars 2022 organisée à la paroisse de Kadutu à l’intention de femmes venues de 42 paroisses que compte l’Archidiocèse de Bukavu pour la célébration de la journée internationale de la femme.

Au cours de cette activité différents intervenants se sont appesantis sur des thématiques ayant trait à la protection de l’environnement avec son impacte sur le changement climatique

C’est pourquoi la responsable de maison de conseils au centre Olame Sylvie Sifa Safari recommande aux femmes d’éviter le déboisement et d’éviter de jeter les déchets en désordre.

Sylvie Sifa Safari demande aux femme d’éduquer leurs enfants afin que ce derniers grandissent tout en s’intéressant à la protection de l’environnement

A cette occasion les femmes ont présenté des théâtres ainsi que des   poèmes qui parlent  de la protection de l’environnement avec son impacte sur le changement climatique.

Par la même occasion  les femmes ont procédé aux travaux communautaires dits  salongo pour assainir  l’enceinte et les alentours de la paroisse de Kadutu.

A noter que la messe célébré avait deux sens notamment l’annonce de la vierge marie, aussi la célébration de la journée de la femme sous le thème « Terre notre maison commune, protégeons-là ».

La journée de la femme aux dimensions multiples à Bukavu

Dimension spirituelle, sensibilisation pour la protection de l’environnement, engagement pour la paix et la réconciliation, appel à mettre fin aux guerres… sont autant des thèmes qui ont marqué la célébration de la journée de la femme à Bukavu, à l’Est de la RD Congo. C’est ce qu’a rapporté Thérèse Mema Directrice du centre OLAME

« Femmes et jeunes filles de Bukavu, par l’entretien de l’environnement et la protection du climat, protégeons la Terre, Notre Maison Commune, notre bien commun » est le thème qui a marqué la journée de la femme 2022 à Bukavu. Inspirées par le message du Pape François, dans Laudato Si’ notamment, nous avons choisi ce thème qui cadre bien avec les thèmes national et international, a expliqué Thérèse Mema Mapenzi, directrice du Centre Olame, un service de l’archidiocèse de Bukavu, à l’Est de la RD Congo, qui travaille pour la promotion intégrale des femmes et des jeunes filles.

Les femmes de Bukavu ont débuté le 8 mars par une action de grâce

A Bukavu et spécialement au Centre Olame, la célébration de la Journée de la Femme a eu plusieurs dimensions : spirituelle, soins de l’environnement, appel à la réconciliation et à mettre fin aux violences, sans oublier un moment de jouissance. « Très tôt le matin nous avons participé à des messes dans nos paroisses pour rendre grâce à Dieu qui nous a accordé l’opportunité de vivre dans une période où les femmes ne sont plus oubliées, elles peuvent accéder à certains droits jadis ignorés », a déclaré Therese Mema, tout en soulignant le message sur l’autonomisation de la femme et leur rôle dans le changement climatique, qui a marqué la célébration de cette journée au niveau mondial.

RDC : la journée de la femme aux dimensions multiples à Bukavu

Dimension spirituelle, sensibilisation pour la protection de l’environnement, engagement pour la paix et la réconciliation, appel à mettre fin aux guerres… sont autant des thèmes qui ont marqué la célébration de la journée de la femme à Bukavu, à l’Est de la RD Congo. C’est ce qu’a rapporté Thérèse Mema, dans une interview accordée à Radio Vatican.

Stanislas Kambashi,SJ – Cité du Vatican

« Femmes et jeunes filles de Bukavu, par l’entretien de l’environnement et la protection du climat, protégeons la Terre, Notre Maison Commune, notre bien commun » est le thème qui a marqué la journée de la femme 2022 à Bukavu. Inspirées par le message du Pape François, dans Laudato Si’ notamment, nous avons choisi ce thème qui cadre bien avec les thèmes national et international, a expliqué Thérèse Mema Mapenzi, directrice du Centre Olame, un service de l’archidiocèse de Bukavu, à l’Est de la RD Congo, qui travaille pour la promotion intégrale des femmes et des jeunes filles.

Les femmes de Bukavu ont débuté le 8 mars par une action de grâce

A Bukavu et spécialement au Centre Olame, la célébration de la Journée de la Femme a eu plusieurs dimensions : spirituelle, soins de l’environnement, appel à la réconciliation et à mettre fin aux violences, sans oublier un moment de jouissance. « Très tôt le matin nous avons participé à des messes dans nos paroisses pour rendre grâce à Dieu qui nous a accordé l’opportunité de vivre dans une période où les femmes ne sont plus oubliées, elles peuvent accéder à certains droits jadis ignorés », a déclaré Therese Mema, tout en soulignant le message sur l’autonomisation de la femme et leur rôle dans le changement climatique, qui a marqué la célébration de cette journée au niveau mondial.

Engagées pour l’environnement, la paix et la réconciliation

Abordant l’initiative sur l’engagement en faveur de la protection de Notre Maison Commune, Therese Mema a indiqué que les femmes de Bukavu se sont inspirées du message du Pape François, pour une majeure sensibilisation. « Comme femmes catholiques nous nous sommes appropriées le message du Saint Père qui demande de protéger la Terre notre maison commune. C’est aussi le message que toutes les femmes du Sud-Kivu veulent promulguer aujourd’hui », a-t-elle souligné.

La directrice du Centre Olame a par ailleurs relevé un contraste qui caractérise les femmes : tout en jouant un grand rôle dans la protection de l’environnement, elles utilisent parfois certains produits qui polluent. « Les femmes jouent un grand rôle dans la protection de l’environnement, dans l’assainissement des ménages et dans les activités agricoles par exemple. Mais en même temps, dans leurs activités d’assainissement, elles utilisent des produits qui polluent la nature ; elles utilisent des mèches et autres produits synthétiques nocifs pour l’environnement ». Les femmes de Bukavu ont voulu interpeller les femmes pour qu’elles s’engagent davantage dans la réhabilitation de Notre Maison Commune, mais aussi dans la construction de la paix.

Le 25 mars, clôture du mois de la femme à Bukavu

Le 25 mars, jour de la solennité de l’Annonciation du Seigneur, aura lieu la clôture des activités du mois de mars à Bukavu. Une grande manifestation est prévue, avec des travaux communautaires. Toutes les femmes partageront leurs expériences en rapport avec le thème de la dégradation de la Terre. Elles sont également invitées à prendre des mesures concrètes pour l’environnement et pour la Paix et la réconciliation au Sud-Kivu et en RD Congo, en général.

ORGANISATION DE LA SOCIOTHERAPIE

Le centre OLAME exécute depuis le mois de Juin 2020 le projet intitulé Maisons des conseils et d’amélioration des conditions des vies socio-économique des femmes/ jeunes filles et leurs ménages dans 30 paroisses de l’Archidiocèse de Bukavu.

Ce dit projet financé par MISEREOR et CAFOD a pour objectif principal de contribuer à la réduction des violences causées par les conflits armés en renforçant les activités de maison de conseil jadis existant dans les paroisses, pour offrir aux familles, l’espace de discuter sur tous ses problèmes afin de guérir les blessures et réduire les cas des violences dans les communautés, parvenir à développer la résilience tant sur le plan psychologique que sur le plan économique.

Ainsi, après avoir organisé les bénéficiaires directs du projet en des groupes CECI, il était important de les amener à intégrer l’approche de la sociothérapie dans leurs activités.

C’est ainsi qu’à l’issue des réunions autour des activités CECI des groupes mis en place, les activités de la sociothérapie sont aussi organisées.

Selon Alpha Théophile (chargé de projet):  » il est important de renforcer la formation de prise en charge psychosociale en mettant l’accent sur la sociothérapie pour amener les bénéficiaires à comprendre les différentes exigences de la sociothérapie, ses principes et sa nécessité dans l’émergence vers la résilience à la fois psychologique et émotionnelle »

c’est dans ce même cadre que les animateurs du centre OLAME effectuent les descentes sur terrain pour organiser cette activité des sociothérapie au bénéfice des 20 groupes des bénéficiaires directs de ce projet dans différentes paroisses de l’Archidiocèse de Bukavu

L’inauguration d’un espace des jeux pour les enfants

Le Centre Olame vient de lancer un espace de jeu pour les activités de sociothérapie et d’art thérapeutique en faveur des enfants en situation difficile. Objectif: les accompagner psychologiquement et guérir leurs blessures internes et traumatismes. Le lancement intervenu au Centre Olame, dans la Commune de Kadutu, (Bukavu) ce samedi 19 Février 2022.

Cet espace de jeux pour enfants a pour mission première d’amener les enfants en situation difficile et qui ont des problèmes psychologiques à développer leur intelligence à travers les jeux en luttant contre leurs traumatismes. Les enfants en bon état pourront aussi profiter de cet espace pour des jeux mais aussi pour apprendre des métiers pendant les vacances.

Thérèse Mema Mapenzi, responsable du Centre Olame pense que cet espace de jeux est d’une importance capitale pour les enfants que son centre accompagne.

« Aujourd’hui, nous sommes au Centre Olame pour une activité de sociothérapie et l’art thérapeutique pour aider à montrer aux enfants comment, à travers les jeux, il y a moyen de guérir leurs blessures et traumatismes. Ce n’est seulement les enfants mais aussi leurs parents et nous sommes heureux d’avoir cet espace pour leur montrer que ça existe. A travers les jeux, des psychologues vont étudier les problèmes des enfants et vont les accompagner », se réjouit Thérèse Mapenzi Mema.

Cet espace de jeux pour enfants a été construit grâce aux Petits moyens de « Child Fund » et du Centre Olame. C’est dans le cadre de son projet « prise en charge des enfants accusés de sorcellerie et enfants en difficultés, réduire sensiblement les cas de maltraitance des enfants dans la ville de Bukavu ».